Le syndrome de l’imposteur : apprendre à s’apprécier

Mis à jour : oct. 9

Le syndrome de l’imposteur a été défini au cours des années 1980 par Pauline Rose Clance, psychologue clinicienne américaine.


Le syndrome de l’imposteur concerne une personne qui se voit comme incompétente malgré sa réussite tangible dans différents domaines de sa vie (professionnelle, sociale, relationnelle…) :


- Elle a l’impression de tromper son entourage, de ne pas être à la hauteur et se voit comme incompétente ;

- Elle a tendance à attribuer ses réussites à des causes externes (chance, coïncidence, relations…) ;

- Elle craint d’être démasquée un jour…


A la base, un biais dans la perception de soi : faible estime de soi, faible confiance en soi, en leurs compétences et intelligence mais forte volonté de prouver leurs aptitudes pour éviter d’être jugées incompétentes par les autres.


Source de mal-être chez le sujet qui est touché, comment y remédier ?


Les TCC pour traiter la dépréciation de soi


Les thérapies cognitives et comportementales pour traiter le syndrome de l'imposteur vise à:


1) Aider à prendre conscience du syndrome : l’évaluation

2) Rompre le cycle de l’imposteur

3) Opérer une restructuration cognitive

4) Viser la relaxation

5) S'exposer

6) Apprendre à accepter les compliments et les réussites


L'approche globale est la plus performante. Elle passe par la psycho-éducation et la thérapie de groupe. En ateliers, on travaille sur un « journal comportemental », des jeux de rôle et l’affirmation de soi bien sûr.



13 vues

Demande d'information

© 2020 - Barbara Para / Design & SEO by