[Newsletter n°15] Colère: un autre effet secondaire de la pandémie ?

Mis à jour : 2 nov. 2020

"Pourquoi n'est-ce pas déjà fini ?!"; c'est un cri de frustration.


"J'ai découvert pourquoi ma mâchoire me faisait si mal", me dit un patient cette semaine. "Je grince des dents la nuit et même lorsque je suis réveillé. Et savez-vous pourquoi je grince des dents ? C'est parce que je suis tout le temps en colère."


Est-ce que je connais quelqu'un qui ne se met jamais en colère ? Non. Les sujets qui mettent en colère sont vastes : la météo, la circulation ou si son équipe préférée perd un match important. Mais maintenant, il semble y avoir un climat qui pèse sur beaucoup d'entre nous qui nous met plus vite en colère. Cela est dû, en grande partie, à la façon dont la pandémie a changé nos vies, peut-être de façon permanente.


Pour certains d'entre nous, la colère est souvent une étape émotionnelle non loin de la tristesse. Par exemple: "Je suis en colère / triste que mes projets de voir mes enfants, d'aller à un mariage, de visiter le pôle Nord, de rendre visite à mon parent dans une maison de retraite, etc., aient été annulé en raison de la pandémie."


Malheureusement, pour beaucoup, la colère / la tristesse est la conséquence d'une situation plus grave encore: des soucis financiers, une maladie grave ou même du décès d'un être cher.


Cette colère a un impact sur la santé. La colère peut contribuer aux maladies coronariennes et à l'hypertension, surtout chez les hommes.


Il semblait également y avoir une relation entre la boulimie, l'impulsivité et la colère. Les personnes qui ont un degré élevé d'impulsivité sont plus susceptibles de manger de façon excessive lorsqu'elles sont en colère.


La colère chronique est donc également associée à l'obésité, au risque de diabète de type 2 et au tabagisme. Et évidemment, les relations interpersonnelles en souffrent.


Est-il possible que la colère augmente parmi nous en raison de la pandémie? La colère peut également être perçue comme une manifestation d'impuissance. Par exemple, la peur du virus ou la peur d'être pris dans des situations qui augmentent notre vulnérabilité au virus peuvent entraîner de la colère. En d'autres termes, la colère pourrait tenter de cacher notre impuissance.


La dépression peut également augmenter nos sentiments de colère, contre nous, contre les autres, contre la société parfois. Et les derniers mois ont démontré une augmentation significative de la dépression. Une prévalence augmentée d'un facteur 3 entre le début de la pandémie et aujourd'hui est déjà soulignée. La dépression et la colère peuvent être liées.

Comment gérer une colère qui n'a pas atteint le niveau d'un trouble, mais qui serait plutôt une émotion désagréable dominante ?

Prendre de grandes respirations, faire de l'exercice, contrôler un discours impulsif, partager des histoires humoristiques avec les autres et s'accorder une pause dans une liste interminable de choses à faire.


Il est utile d'éviter les situations susceptibles de déclencher des réactions de colère. Beaucoup de gens refusent de parler de sujets dont ils savent qu'ils les affecteront émotionnellement et ne regardent délibérément pas les programmes télévisés qui, selon eux, augmenteront leur colère.


La distraction, également connue sous le nom de redirection vers une nouvelle expérience, aide certainement. Écouter une chanson ou s'immerger dans une histoire passionnante détourne la colère, tout comme le fait d'avoir un appel téléphonique avec quelqu'un qui est généralement de bonne humeur. Le port du masque peut même aider. Nous ne pouvons pas voir les expressions des gens, et donc nous pouvons éviter les visages en colère sans même le savoir.


Chaque jour, essayer de trouver quelque chose qui apporte plaisir et joie, même pendant quelques minutes. Cela peut être regarder un lever de soleil, écouter un morceau de musique.


Les ateliers Saint Louis - Novembre 2020

10 vues0 commentaire