L'ennui: plus qu'un effet secondaire de la pandémie

L'ennui peut être un symptôme de maladie.


"Comment ça va?", j'ai demandé à mon ami. Il m'a immédiatement répondu: "je m'ennuie". Puis il a argumenté: "Je suis heureux d'être de retour à mon travail, mais il n'y a pas de socialisation autorisée avec les collègues, et il n'y a pas de déplacement pour les réunions, c'est chacun derrière son écran. De plus, je ne peux pas voir mes parents qui vivent loin, les concerts me manquent. Et j'évite les restaurants parce que je ne veux pas risquer d'attraper le virus et d'exposer mes proches. "


Beaucoup de ceux qui, malgré leurs occupations, éprouvent l'ennui, ont probablement fait écho à cette plainte. Peut-être est-ce la prévisibilité de nos routines ou l'incapacité de trouver une nouvelle façon d'utiliser notre nouveau temps libre.


Les événements Zoom, qu'il s'agisse de cours de yoga, de visites virtuelles de musées ou de concerts, de conférences ou de démonstrations culinaires, ont depuis longtemps perdu leur nouveauté. Et le futur semble une continuation du présent ennuyeux.


Mais il peut être faux de supposer que ce sentiment d’ennui ne serait dû qu’au manque de stimulation, de nouveauté, de changement dans la vie quotidienne. Certes, l'absence de stimuli externes est certainement liée à l'ennui. Cependant, il s'avère que l'ennui peut être un symptôme de trouble psychiatrique ou neurologique grave.


L'incapacité de certaines personnes à s'engager et à montrer de l'intérêt pour leur environnement (par exemple, les gens, les événements) peut être due à un épisode dépressif, ou à des pertes de mémoire, d'attention, de difficulté à se concentrer, d'agitation et même à l'absence de croyance que la vie a un sens.


Les personnes qui souffrent de lésions cérébrales traumatiques sont particulièrement sujettes à l'ennui. La lésion cérébrale rend très difficile pour ces sujets de s'engager dans quoi que ce soit. Une femme habituellement extrêmement efficace, m'a dit que pendant environ 18 mois après un accident qui a causé des lésions cérébrales traumatiques, elle a perdu toute motivation pour faire quoi que ce soit ... y compris les exercices cérébraux censés aider à restaurer les fonctions cérébrales.


La susceptibilité à l'ennui est aussi un symptôme inquiétant du TDAH, car elle peut entraîner des difficultés dans les relations interpersonnelles, des performances scolaires et professionnelles médiocres et une dépendance à Internet, y compris le jeu en ligne. Le cerveau du TDAH recherche la stimulation, mais il peut avoir du mal à s'engager. Le sujet peut alors adopter un comportement impulsif.


Manger, pas de façon inattendue, est une réponse commune à l'ennui et à l'agitation qui l'accompagne. Qui n'a jamais assouvi sa faim émotionnelle, en grignotant sans réfléchir du pop-corn, des noix ou des pépites de chocolat.


L'ennui peut être un puissant déclencheur de suralimentation et un obstacle à la perte de poids. Dans une étude, les femmes obèses ont mangé beaucoup plus de nourriture lorsqu'elles étaient confrontées à une tâche ennuyeuse que les femmes de poids normal. La prise de poids souvent rapportée en relation avec la pandémie peut être due à l'ennui vécu pendant les longues semaines d'isolement à domicile.


Sans surprise, la consommation d'alcool et de nicotine augmente en raison de l'ennui. Les hommes ont considérablement augmenté leur consommation d'alcool pendant les périodes d'ennui soutenu, et une enquête sur les motivations du tabagisme a révélé que l'ennui était presque aussi élevé que le stress.


Ainsi, la propension à s'ennuyer peut être le symptôme d'un problème émotionnel, comportemental ou neurologique sous-jacent. L'ennui peut avoir des effets néfastes sur la santé et peut nécessiter des interventions thérapeutiques.

7 vues0 commentaire