[Newsletter n°13] (Post)Covid-19: nous sommes dans une crise d'identité existentielle collective

Mis à jour : oct. 8

L'une des choses fondamentales qui nous rend humains est notre quête pour comprendre notre identité, qui nous sommes.

Essayez de décrire les choses qui composent qui vous êtes et ce que vous aimez faire : je suis passionné de sport, un amoureux des gens, un conteur d'histoires et un fan de nature... Chaque domaine de notre identité a été touché par ce virus. Nous ne pouvons plus fonctionner de la même manière qu'auparavant.

Tous mes triathlons ont été annulés, je ne peux pas assister aux sports en personne, je suis incapable de serrer dans mes bras ceux que j'aime qui sont en dehors de ma maison. Mes histoires ont changé. J'aime toujours être dans la nature, mais je suis plus tourné vers l'intérieur qu’auparavant, j’évite souvent les gens ou maintenant je passe plus de temps dans mon jardin seul. En fait, je ne peux pas penser à un domaine de ma vie qui ressemble à ce qu'il était il y a 6 mois.

Notre identité a été considérablement remise en question depuis le début du Covid-19. Pour certains, c'est tellement douloureux qu'ils essaient de continuer la vie comme elle était. Par exemple, ils refusent de porter un masque, de pratiquer la distanciation sociale... On peut observer le même déni au niveau de l'entreprise : certaines entreprises exigent les mêmes niveaux de productivité qu'ils attendaient pendant le pré-pandémique. C'est trop pour ces individus et entreprises de reconnaître qu'ils sont différents et que le monde est différent de ce qu'il était il y a 6 mois.

Pourquoi cela ? Parce que l'identité humaine et le but vont de pair. Les questions d'identité évoquent des questions de but telles que « pourquoi suis-je ici ? », « est-ce que cela compte vraiment ? ». C'est là que la crise existentielle se produit. Et c'est aussi là que se produit la croissance.

Les peurs sous-jacentes sont des peurs existentielles:

- l'absence de fondement,

- la mort et la finitude,

- l'isolement, l'abandon

- et finalement, le sens.

Souvent, nous suivons un scénario pour la vie et ne réalisons pas que notre vie est la nôtre jusqu'à ce que quelque chose interrompe notre processus automatique. En fait, nous ne remarquons souvent pas que notre vie était significative jusqu'à ce qu'elle soit remise en question.

Et lorsque notre sens est mis au défi, nous travaillons souvent plus dur pour essayer de préserver le sens que nous avions autrefois plutôt que de rechercher des moyens nouveaux et créatifs de cultiver de nouvelles formes de sens - et d'identité. Et si nous, en tant qu'individus et en tant que société collective, remettions en question nos identités telles qu'elles étaient autrefois et étions assez courageux pour nous demander quels scénarios nous avaient été remis et quelles nouvelles identités nous sommes prêts à créer ?

Nous pouvons parler de maintien du sens, de salutogénèse pour préserver notre bonne santé mentale ou encore de résilience existentielle comme des réponses dogmatiques de la défense de nos identités antérieures.

Demandez-vous : est-ce que j'aime ce que je passe mon temps à faire ? Y a-t-il des institutions ou des modes de pensée que j'ai rigoureusement défendus dans le passé ? Y a-t-il une attente que j'avais pour moi-même que je ne désire plus ? Y a-t-il quelque chose de différent que je souhaite pour moi et pour ma génération ? Mes relations sont-elles saines pour moi ? Est-ce que je crois cela parce qu'on me l'a dit, ou est-ce ma propre croyance explorée ? Suis-je en train d'acquérir des idées d'autorité parce que ce sont mes idées de ce qui est bon ou est-ce ce que l'autorité m'a dit de croire ? Y a-t-il de nouvelles informations que j'apprends ?

C'est l'occasion de tout remettre en question et en cela, c’est une bonne chose.


Les ateliers Saint Louis - Septembre 2020

Demande d'information

© 2020 - Barbara Para / Design & SEO by