Où êtes-vous ? Dans la tête ou dans le corps ?

Etre conscient de votre corps et de ses signaux vous donne des informations utiles sur vos sentiments et vos besoins les plus profonds. Suivre les réactions subtiles de votre corps envers les autres vous en dit également beaucoup sur eux.


Etre dans votre corps vous aide à vous sentir enraciné et vous donne un retour rassurant sur le fait que vous êtes en vie et que vous allez bien. C'est exaltant de ressentir la vitalité du corps, même assis tranquillement, et de ressentir les plaisirs des sens.


Tout d'abord, une mise en garde : pour certaines personnes, en particulier pour les personnes qui souffrent de douleur chronique, d'un handicap ou d'antécédents de traumatisme, il est troublant de vivre l'expérience d'être le corps. Si tel est votre cas, essayez ces pratiques avec soin, voire pas du tout.


Pour tous les autres, cela fait du bien. Voici comment faire.


Laissez votre attention vagabonder dans votre corps, tel un gentil éclaireur enquêtant sur ses sensations.


Voyez ce que c'est que de maintenir la conscience de votre corps pendant au moins quelques minutes d'affilée - et plus longtemps si vous le souhaitez. Vous pouvez faire attention à votre respiration, aux sensations dans vos mains pendant que vous faites la vaisselle, ou aux sensations dans vos pieds et vos jambes lorsque vous promenez le chien. Tout en faisant des activités quotidiennes, ramenez régulièrement l'attention sur votre corps.


Qu'est-ce que ça fait d'être un corps : répondre au téléphone. . . regarder la télévision . . . conduire . . . porter un enfant. . . rester assis en réunion. . . se poser dans le lit. . . ?


Pendant que vous parlez, essayez d'être conscient de votre poitrine. . . estomac . . . hanches . . . bras et jambes . . . mains et pieds.


Comment cela change-t-il votre communication, en particulier sur les choses qui comptent pour vous ?


Expérimentez avec la perception du corps dans son ensemble. Essayez d'être conscient de toutes les sensations de respiration dans le torse, toutes présentes dans la conscience comme un tout unifié, à chaque instant. Laissez l'attention s'élargir et s'adoucir pour recevoir tout le torse comme une seule perception. Au début, il est naturel que ce sentiment d'ensemble ne dure qu'une seconde ou deux, puis s'effondre ; continuez simplement à essayer de le régénérer, et il deviendra plus fort avec la pratique.


Ensuite, ouvrez-vous à un ensemble plus vaste : toutes les sensations de la respiration dans tout le corps, apparaissant toutes ensemble dans la conscience souffle après souffle.


Ensuite, voyez si vous pouvez aller jusqu'au bout pour inclure toutes les sensations corporelles, pas seulement celles de la respiration.


Pendant un temps déterminé - même juste une minute - trouvez un siège confortable, laissez de côté les soucis et les projets, et reposez-vous simplement. Soyez conscient de la respiration et laissez tout le reste aller. Rien à faire, nulle part où aller, personne à être. Juste assis, demeurant comme un corps qui respire.


Où que nous allions, quoi que nous fassions, il y a toujours une porte vers un sentiment plus profond de présence et de paix : être le corps.