Temps d'écran : trop, c'est combien ?

C'est une bataille constante dans la plupart des familles. Les enfants veulent utiliser leurs appareils tout le temps. Ils veulent regarder beaucoup, beaucoup de télévision. Ils veulent emmener leurs téléphones au lit avec eux. La première chose qu'ils font quand ils rentrent de l'école est de surfer sur TicToc ou de commencer à jouer.


Les parents devraient-ils s'en inquiéter ? Certaines recherches récemment publiées mettent en lumière le problème et les solutions.

Tout d'abord, voici les mauvaises nouvelles.

Les enfants qui passent plus de temps devant un écran ont des résultats développementaux moins bons que les autres : moins bonne capacité à atteindre des jalons physiques et intellectuels dans des domaines comme

  • la communication,

  • la motricité globale,

  • la motricité fine,

  • la résolution de problèmes

  • et les interactions sociales.

Les jeunes qui regardent plus la télévision ou qui sont sur des écrans de tout type à 24 mois présentent des retards de développement à 36 mois, et les enfants qui passent plus de temps sur les écrans à 36 mois montrent des retards à 60 mois. Pire encore, les enfants qui utilisent plus d'écrans sont plus retardés.


Les études montrent que la durée moyenne de passage des enfants sur les écrans :

  • à l'âge de deux ans est de 2,4 heures par jour,

  • à l'âge de trois ans, de 3,6 heures par jour

  • et à l'âge de cinq ans, de 1,6 heure (il est intéressant que les enfants réduisent leurs heures d'écran après trois ans).

Répondons maintenant à quelques questions fréquentes.

Est-ce que plus de temps d'écran signifie plus d'obésité chez nos enfants? La réponse est oui, avec des preuves moyennement fortes que plus les enfants regardent la télévision, plus ils sont susceptibles d'être en surpoids et sédentaires, de consommer beaucoup trop de calories et d'éviter l'activité physique.


Qu'en est-il de la dépression, du suicide et de la qualité de vie globale? C’est là que le temps passé en ligne (et pas seulement à regarder la télévision) peut commencer à avoir un effet plus négatif sur la santé de nos enfants. Plusieurs recherches indiquent qu'il existe une association entre deux heures ou plus de temps d'écran chaque jour et des niveaux accrus de dépression chez les enfants d'âge scolaire. En ce qui concerne tous ces comportements problématiques qui nous préoccupent chez les enfants d'âge préscolaire, comme l'hyperactivité, l'anxiété et les mauvaises compétences sociales, il existe des preuves d'une relation entre plus de temps d'écran et des risques accrus de problèmes émotionnels et comportementaux.


Qu'en est-il des résultats scolaires et de la quantité de sommeil des enfants? Il semble qu’une fois de plus, il existe des preuves que plus de deux heures de temps d’écran par jour réduisent les résultats scolaires des enfants ou les font moins dormir.


Un rapide examen de tous les résultats d'études comme celles-ci suggère que le bon sens est toujours nécessaire.

Ce que cela signifie pour la parentalité

Pour les plus jeunes enfants, mieux vaut ne pas les pacifier avec un iPad ou un smartphone. Et surtout pas avec une télévision. Éteignez complètement les écrans et encouragez-les à jouer de manière pratique. Ils bénéficieront de l'activité, des interactions sociales et de l'utilisation cinétique de leur corps. Ils seront également moins habitués aux écrans lorsqu'ils auront enfin 6 ans et commenceront à négocier pour un meilleur accès au contenu et aux jeux en ligne.


Avec des enfants plus âgés, aidez-les à apprendre l'autorégulation. Au minimum, gardez le contrôle de la quantité de télévision qu'ils regardent. Bien qu'il n'y ait pas de nombre magique, moins c'est mieux. S'ils doivent être en ligne, encouragez-les à être en ligne avec d'autres personnes ou à participer à des activités qui les engagent.


Enfin, rappelez-vous qu’il s’agit d’un domaine de la science qui progresse rapidement, essayant désespérément de suivre l’évolution de la technologie et des modes d’utilisation des jeunes. D'autres études seront certainement nécessaires.